• Blog
  • Tous
Publié le 20 mai 2021

Et si on passait au e-commerce Headless ?

Depuis un moment, nous voyons les solutions e-Commerce s’ouvrir à de plus en plus d’applications, comme des solutions de PIM, d’ERP ou de CRM. Les APIs se multiplient mais il n’en reste pas moins que les solutions e-Commerce demeuraient assez monolithiques. Impossible jusqu’à maintenant de concevoir un Front Office qui ne soit pas celui de la solution e-Commerce choisie. Cette période est révolue avec l’arrivée massive des technologies Headless.

Le e-commerce headless, qu’est-ce que c’est ?

Tout d’abord, le « headless » reste un terme technique pas forcément très évocateur et on ne comprend pas forcément ce que peut être un e-Commerce « sans-tête ». Donc, c’est quoi le headless ?

Comme son nom l’indique (ou pas), le « headless » n’est pas un système sans cerveau, mais un système duquel on découple ses fonctionnalités Front Office. Le principe est alors de remplacer le Front Office « natif » et intégré par un système d’API qui permettra à n’importe quelle application Front d’utiliser le système « headless ». Dans le cas d’un e-Commerce, cela signifie que toutes les fonctions comme le tunnel d’achat, le panier, les fiches produits, le catalogue, le paiement… sont entièrement accessibles via des APIs.

Quels sont les bénéfices du e-commerce headless pour le parcours client ?

Grâce à ce mécanisme, il est alors possible d’imaginer n’importe quel type de front office qui utilisera à volonté la plate-forme e-commerce, avec une adéquation beaucoup plus proche du cas d’usage client. Grâce au « headless », on peut donc imaginer une multitude de nouvelles expériences clients qui ne passent pas forcément par un Front Office en ligne. Par exemple, si un magasin de chaussures veut permettre à ses clients d’acheter une paire de sneackers juste en scanant le code barre en magasin, c’est possible. Et c’est simple puisque le tunnel d’achat restera celui du site. On aura donc juste à développer une petite application Front dédiée. Le « headless » est non seulement une technologie qui facilite le e-commerce, mais également une technologie capable de proposer de vraies expériences de commerce unifié sur tous les canaux.

 

Le « headless » ouvre alors un nouveau paysage pour les sites de e-commerce, puisque l’on peut imaginer sortir de la traditionnelle navigation accueil->catalogue->fiche produit->panier->achat pour créer de nouveaux parcours. Mais c’est aussi la possibilité de créer des sites qui mixent du contenu rédactionnel de qualité avec des produits à acheter, des blogs avec achat intégrés, des sites de tutos avec achats, des apps d’achats en magasin sans passer en caisse…

A quoi sert le e-commerce headless?

Pour illustrer ces propos, voici quelques exemples de cas d’usages dans lesquels le « headless » est à considérer pour votre e-Commerce :

 

  • D’abord, le cas le plus simple est que votre Front Office est vieillissant, il ne correspond plus ni à votre stratégie ni à votre cible, mais vous ne voulez pas investir dans une toute nouvelle plate-forme e-commerce. En adoptant le « headless » (et bien sur si votre solution e-Commerce est compatible), vous pouvez alors refondre le front-office sans remettre en cause le reste (le tunnel, le panier, le catalogue produit, le paiement, l’intégration avec votre ERP…). Dans ce cas, le « headless » permet de rendre votre Front-Office beaucoup plus agile.
  • Le deuxième cas d’exemple est le fait que vous voulez proposer beaucoup de contenus de qualité en plus de votre catalogue produit, par exemple : des tests de produits, des astuces, des actus, des critiques de clients… Bref tout type de contenu qui valorisent votre marque et vos produits et qui permettent de rassurer le client dans son achat. Dans ce cas, le « headless » permet de concilier au sein du même Front Office du contenu en provenance d’un CMS et toutes les fonctionnalités e-Commerce de votre plate-forme.
  • Un troisième cas réside dans la création d’une application mobile de type PWA que vous souhaitez proposer à vos clients pour leurs achats. On sait aujourd’hui qu’une grosse partie du trafic est mobile mais que les conversions restent « desktop ». Le headless permet de capter et de convertir une plus grande part du trafic mobile.
  • Un autre cas est un site ou une app de contenu « rédactionnel » pur dans laquelle vous voulez permettre des achats. Avec le « headless », vous pouvez alors ponctuer vos articles de suggestions d’achats pour vos clients. Pour faire simple, tout votre éco-système digital peut devenir marchand!

Le headless, c’est aussi la possibilité d’imaginer des expériences comme des jeux, des vidéos, des podcasts, des publicités… dans lesquels on peut intégrer des achats. Le Headless permet alors au e-Commerce d’investir des domaine duquel il était absent par complexité de mise en oeuvre.

 

  • Enfin, le « headless » c’est aussi la possibilité de compléter votre site de e-Commerce avec de nouvelles expériences InStore. Imaginons que vous proposez un service de Click&Collect sur votre site, vous pouvez alors adjoindre à ce site un front office mobile qui permet au client de se signaler en arrivant dans le magasin, de retirer sa commande, de laisser un avis qui viendra enrichir votre site e-Commerce.

Quels sont les avantages du e-commerce headless en terme de métriques?

Il est encore tôt pour faire de vrais retours d’expérience car les implémentations sont encore récentes. Mais si l’on se base sur notre expérience, on peut tout de même remarquer de belles performances :

 

  • le taux de rebond est divisé par 2, ce qui s’explique par un Front Office mieux adapté au device mobile, plus riche et mieux personnalisé pour le client.
  • le nombre de pages vues est quasiment le double de celui d’un e-Commerce monolithique pour la même raison.
  • Le temps de chargement d’une page (en particulier sur mobile) peut être divisé par 2 car le « headless » permet de supprimer tout ce qui est inutile dans les plates-formes classiques.
  • Et enfin, la conséquence de tout cela est une augmentation importante du trafic naturel, puisque le référencement se fait de manière beaucoup plus fluide et simple.

Quelles solutions sont compatibles avec le e-commerce headless?

Aujourd’hui, de plus en plus de solutions se conforment au « headless » :

  • Les plates-forme de e-Commerce comme Magento (oups, pardon, Adobe Commerce), Proximis, BigCommerce ou autres qui revendiquent déjà une compatibilité « headless ».
  • Les CMS nativement « headless » comme Prismic ou Contentful.
  • Des référentiels PIM/DAM comme Quable, InRiver… peuvent nativement aussi se connecter via leurs APIs.
  • Et enfin, bien sur des front-office qui viennent donc poser une « tête » sur l’ensemble de ces systèmes et qui utilisent déjà nativement les APIs, comme par exemple Front Commerce ou Vue Storefront. Voire des modules proposés directement par les éditeurs de e-Commerce, comme c’est le cas avec PWA Studio d’Adobe Commerce.

L’architecture headless entraîne-t-elle des contraintes?

Alors, bien sur, de « grands pouvoirs impliquent de grandes responsabilités » et le « headless » apporte aussi son lot de contraintes qu’il faut maîtriser : d’abord, on a deux solutions logicielles au lieu d’une seule, liées par des APIs. Il faut donc s’assurer que le lien entre les deux subsiste même si une des deux solutions évolue plus vite que l’autre. D’autre part, la liberté de créer des expériences nouvelles étant plus grande, le travail de mise en oeuvre peut-être aussi plus important. Avec le « headless », on a forcément moins de fonctions natives dans le Front Office, on achète pas un système « clés en main », mais plutôt une boite à outil qui permet de construire des expériences mieux personnalisées.

 

Mais cette contrainte est souvent levée par une facilité beaucoup plus grande de créer du spécifique que dans beaucoup de solutions monolithiques. Donc, au final, une architecture « headless » transfère à l’agence ou à l’intégrateur des fonctionnalités qui étaient auparavant dévolues à l’éditeur et selon le bon vouloir de sa roadmap. Une fois le système mis en place, il est aussi évident que les évolutions du Front Office sont beaucoup plus simples que sur un système « monolithique ». Ce qui est investit au lancement du projet (build) est alors récupéré tout au long du cycle de vie (run). Et au final, le « headless » permet de libérer le marchand du calendrier de la roadmap de l’éditeur ou de la complexité de sortir des fonctions natives !

 

Aujourd’hui, on ne peut plus considérer qu’un « marchand » lie son avenir e-Commerce à une unique technologie, cloisonnée du reste de la stratégie digitale. On ne peut plus considérer également qu’une même solution e-Commerce convienne nativement autant à un opticien qu’à un institut de beauté. Au final, le « headless » est non seulement une possibilité immense d’imaginer de nouvelles expériences clients plus personnalisées, mais également répartir la dépendance du site sur plusieurs technologies, et donc de pouvoir faire évoluer le Front Office sans toucher aux Back Offices. Le « headless » réconcilie des applications différentes au sein d’un unique Front Office. C’est donc une opportunité pour les marchands d’offrir de nouvelles expériences à leurs clients tout en réduisant les risques de dépendance à leurs fournisseurs de technologie. Face à tous ces avantages, il y a fort à parier que le « headless » va s’imposer comme la norme de nombreux nouveaux sites ou expérience omnicanales.

Envie de passer le cap du headless?

Et vous, comment allez-vous transformer cette innovation en opportunité ? Chez Zento, nous avons déjà amorcé le virage du « headless », en particulier autour de partenariats majeurs avec des éditeurs comme Magento, Proximis, Quable, InRiver et Front-Commerce qui nous permettent de vous orienter sur les bons choix et vous conseiller au mieux, en se basant toujours sur nos expériences. Nous serions ravis d’en parler avec vous et de vous faire rencontrer nos experts !

 

👉 En savoir + sur notre expertise et nos offres e-commerce

Partager l’article sur :

Articles similaires

  • Livres blancs & Guides
  • Tous

Guide : rédiger un cahier des charges e-commerce

Publié le 4 juillet 2022 Lire l’article >
  • Webinars
  • Tous

REPLAY : devenir un champion de l’omnicanal sans envolées budgétaires

Publié le 25 avril 2022 Lire l’article >