• Tous
  • PIM/DAM
  • E-commerce

Une année de croissance encore, mais probablement un peu en trompe-l’oeil à cause de l’inflation. On est donc sur une année où les e-Commerçants ont tenté de préserver de la rentabilité plutôt que de miser sur de la simple croissance. 2024 va probablement s’inscrire dans une dynamique similaire où les efforts vont être mis sur la performance de l’existant ou de la  refonte efficace.

L'IA un acteur majeur en 2024 ?

Dans ces conditions, et sans vouloir faire de la prédictologie, on peut alors légitimement se dire que si l’année 2024 se place sous l’égide de la croissance rentable, quelles sont les technologies qui vont émerger ou se consolider sur cette nouvelle année ?

Commençons donc par enfoncer des portes ouvertes en évoquant le sujet de l’IA, en particulier l’IA générative. Il n’y a pas un éditeur ou un acteur du e-Commerce qui ne propose pas (ou pense proposer) de nouvelles fonctionnalités autour de ce sujet à la mode : Adobe propose déjà de l’IA générative dans Photoshop, Samsung lance des portables qui en intègrent nativement, Steam ajoute un tag “IA inside” sur les jeux de sa plate-forme…Plus près de nous, Akeneo a racheté UnifAI en 2023, une start-up dont la solution logicielle permet l’enrichissement de la donnée produits. Bref, l’ère de l’IA générative a démarré, propulsée par le succès de ChatGPT ou du “Pape en doudoune” de MidJourney. Difficile de dire si le sujet sera profitable à l’e-Commerce, mais en tous cas il sera un des axes de réflexion 2024. L’utilisation évidente concerne les chatbots et leur capacité à dialoguer de manière pertinente et “intelligente” avec le client. Mais on peut imaginer de nombreuses applications comme par exemple la personnalisation du descriptif d’un article, mettant en avant l’argument qui fera la différence lors d’un achat, voire même la génération de visuels mettant en scène un produit dans un environnement “réconfortant” pour le client. Enfin, les mails de relance sur un panier abandonné pourront gagner en efficacité. Bref, tout ce que l’IA pourra générer comme personnalisation dans l’échange et le dialogue permettra d’augmenter la conversion et donc l’efficacité d’un site e-Commerce.

Les Replatforming SaaS, un Choix rentable pour 2024

De manière plus pragmatique, si l’année 2024 se place sous le signe du e-Commerce profitable, les “replatforming” s’envisageront en regard des coûts d’exploitation et de maintenance. Un site qui a plusieurs années et qui a subi de nombreuses personnalisations et surcharges peut coûter cher. Profiter donc des technologies SaaS plus performantes peut baisser drastiquement les coûts d’exploitation (hébergement, sécurité, maintenance, évolutions…) et justifier une refonte. Sur 2023, nous voyions déjà des cas où le coût d’intégration d’un nouveau site est absorbé dès la première année, via la baisse du coût d’exploitation. Des plates-formes logicielles comme BigCommerce ou Shopify+ permettent, très facilement et sans développement lourd, de reprendre les fonctionnalités d’un ancien site qui s’est complexifié au fil des années. D’autre part, le modèle de “licencing” de ces éditeurs est plus souple car il fonctionne souvent de manière proportionnelle au business là où les plus anciennes plates-formes présentent des coûts fixes ou, au mieux, par pallier de CA. Dans des années où la croissance est timide, réduire les coûts de possession de son e-Commerce est une réelle opportunité.

Pim : un outil pour dompter la pluralité des canaux

Enfin, le dernier point d’attention pour cette année 2024 est probablement la capacité des e-Commerçants à multiplier la présence de leurs produits sur de nombreux canaux de vente : leur site e-Commerce bien sur, mais aussi les marketplaces de revendeurs spécialisées (qui tirent la croissance du e-Commerce en 2023) ou encore d’autres canaux émergeants comme les réseaux sociaux. Dans ce cas, le meilleur allié du e-Commerçant est son PIM (Product Information Management). Le PIM est un référentiel unique qui gère la donnée Produit Commerciale et Marketing. Depuis un point unique, le PIM sert la donnée produit à l’ensemble des canaux de distribution. Grâce à ses interfaces et connecteurs, il peut mettre en forme la bonne donnée pour la bonne marketplace. Une donnée produit qui change dans le PIM est alors immédiatement envoyée à l’ensemble des partenaires distributeurs. Le PIM est un marché jeune (une dizaine d’année), en pleine expansion et qui constitue le socle solide d’une bonne stratégie e-Commerce. Par exemple, l’enseigne Petit Bateau qui a adopté la technologie PIM de Quable (mise en oeuvre par Zento) est passé de 11% de son CA en ligne en 2019 à plus de 30% en 2022 et vise d’atteindre rapidement les 50%. Elle a lancé récemment son offre de seconde main grâce à la souplesse de son PIM.

 

On pourrait encore citer d’autres points d’attention pour 2024, comme justement la seconde main qui devient un débouché très important pour les marques, propulsé par les recherches d’économie des clients et une conscience environnementale grandissante. Ou encore le e-Commerce B2B qui reste encore en retard par rapport au B2C mais sur lequel de nombreux efforts sont menés. Il suffit de voir la course à laquelle se livre les éditeurs de CMS e-Commerce pour proposer le plus large éventail fonctionnel sur le B2B, très différent du B2C.

Réussir en 2024 : La Stratégie Gagnante du e-Commerce ?

Pour conclure, il est toujours hasardeux de se projeter sur le développement d’un secteur aussi complexe que le e-Commerce, cela reste un pari, mais miser sur ces quelques sujets de croissance nous semble un risque mesuré et relativement solide. Et donc en synthèse notre trio pour 2024 serait : la refonte rentable du site e-Commerce, le PIM pour développer ses canaux de vente et le développement du B2B. Avec l’AI en embuscade comme projet d’innovation !

Et surtout amusez-vous bien en 2024 !

 

Articles similaires

  • Tous
  • E-commerce

La vision, où le premier pilier de votre  cadrage E-commerce

Publié le 29 février 2024 Lire l’article >
  • Tous
  • E-commerce

Un site e-commerce éco-responsable, c’est quoi ?

Publié le 1 février 2024 Lire l’article >